Et le négatif ... qu'est ce qu'on en fait ?

January 24, 2018

L'explosion de la positivité

J'ai l'impression d'assister en ce moment à une explosion du positif ... avec le bien être au travail, le bonheur ici et là, dans tous les coins et recoins de notre vie personnelle et professionnelle. La positivité nous envahit comme un raz de marée. Au début je m'en suis réjouie.  Après tout j'y contribue grandement, en formant des personnes à la Démarche  Appréciative depuis 6 ans. Et j'ai porté ce flambeau pendant longtemps avec un enthousiasme débordant. Le positif c'est ce qui nous donne de l'énergie, nous permet d'être créatif, ouvert, accueillant etc etc ... et va nous permettre de résoudre les multiples questions et défis qui se posent.

Et puis, pour être vraiment honnête, j'ai commencé à me sentir mal à l'aise car j'ai l'impression que cela tend à devenir une injonction du style "il faut être positif". Et deux questions ont commencé à émerger. La première, posée par les participants de mes séminaires, en général au bout d'une journée ... "et le négatif, qu'est ce qu'on en fait ?". La deuxième, posée ... par la vie elle même ... des conflits avec des confrères sur des projets, en famille avec une adolescente en grosse crise ... la vraie vie quoi : "concrètement je réagis comment ?"  A la première question un de mes participants dans un autre groupe a brillamment répondu en disant "laisser le négatif à sa place, sa juste place" ! J'ai adoré la formule tout en me demandant "c'est quoi la juste place du négatif ?" En effet à la deuxième question la réponse n'est pas facile à trouver. C'est quoi la juste place du négatif et comment réagir ? Si je cherche à "positiver" tout de suite, dans la discussion entre confrères, le conflit est toujours là. Et avec mon adolescente, cela rajoute de l'huile sur le feu. J'ai même l'impression que plus je cherche à trouver des aspects positifs  dans la situation, même dans mon for intérieur, plus je suis en frustration et moins le schmilblick avance.

La lumineuse métaphore du bateau

J'en étais là dans mes réflexions quand je suis tombée sur une vidéo de Barbara Fredrickson, grande chercheuse en Psychologie Positive, et sa lumineuse métaphore du bateau. Dans un bateau il y a deux parties : le mât et la voilure au dessus de l'eau, que l'on peut comparer à la positivité, et la quille sous l'eau que l'on peut comparer à la négativité. C'est la positivité qui nous "met du vent dans les voiles", qui nous donne envie d'avancer. Et la quille, la négativité ? elle va donner de la stabilité, va permettre d'avancer face au vent dans des conditions difficiles. Cette métaphore est très éclairante : si le bateau a trop de voilure, il peut aller trop vite et être difficile à maîtriser. S'il n'en a pas assez il fait du surplace. Ce qui est clé c'est le rapport entre les voiles et la configuration du bateau. Et oui nos émotions négatives ont leur place pour nous donner de la stabilité : la peur par exemple va nous rendre attentifs aux risques, la colère va nous amener à réagir et mettre des limites etc ... Alors pour continuer la métaphore B. Fredrickson nous parle du ratio de Losada, entre nos pensées positives et nos pensées négatives, qui apparemment devrait être de 3 pour 1 pour nous permettre de nous épanouir. Personnellement je ne suis  pas fana des chiffres et n'ai pas envie de les commenter. Ceci dit, quel que soit le chiffre, les émotions négatives ont bien leur place ! Et ce que je trouve vraiment passionnant ce sont les deux messages qui suivent.

"Le grand danger de la positivité c'est l'excès de zèle !"

Cette injonction à tout positiver et tout de suite, nous amène à des situations toxiques, caractérisées par un manque de sincérité. Faire l'expérience de et exprimer des émotions négatives fait partie de l'épanouissement. Pas besoin de chercher à les transformer de façon artificielle. Laissons les vivre leur vie !

"Tenir avec légèreté un état d'esprit positif"

ça c'est une vraie clé. Pour moi c'est même l'enseignement majeur de cette vidéo . Il suffit d'être dans un état d'esprit d'ouverture, de curiosité, de sincérité, d'authenticité et les émotions positives vont arriver avec justesse, sans être "forcées". Voilà qui me permet de retrouver mes situations difficiles et d'adopter une posture plus pertinente. Ouverture, curiosité, sincérité et authenticité sont à la fois plus justes, plus porteuses et plus puissantes !

Qu'en pensez vous ?

Voir la vidéo

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

S'appuyer sur ses forces : la métaphore du décathlonien

January 25, 2018

1/2
Please reload

Recent Posts
Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic